L’histoire du verre de Murano

D'où vient le verre de Murano et quelle est son histoire ? Découvrez comment le verre de Murano est devenu une référence et la fierté de l'île de Murano

Le hasard fait bien les choses...Comme pour beaucoup d'autres inventions, le verre fut découvert par hasard en observant que le sable, exposé à une haute température et au feu, fond et devient vitreux. Les premiers à s'être rendus maîtres de cette technique furent les Phéniciens et cette technique se diffusa ensuite le long des côtes du Moyen Orient et de l'Egypte.
Le premier verre de Murano date de l'an 982 et fut imaginé par Dominicus Phiolarius, souffleur de bouteilles de son état. A partir du XII ème siècle, Venise est alors la reine de la verrerie. Elle offre de sérieux avantages par rapport à ses concurrents (Bohème, Egypte, Hollande) : réseau commercial évolué, flotte marchande puissante la reliant à la mer noire, à la Méditerranée et à l’Europe. Elle possède à l’époque de nombreuses manufactures de perles.
En 1490, tous les verriers sont obligés de quitter Venise pour l’île de Murano. Une des explications de ce déménagement serait que les incendies générés par les projections d'étincelles des fourneaux ouverts devenaient trop fréquents dans une cité construite presque exclusivement en bois. Mais il est aussi fort probable que les autorités vénitiennes craignant la concurrence et voulant garantir le monopole de leur fabrication aient préféré éloigner la fabrication du précieux verre de Murano des regards indiscrets. A cette époque, les verriers de Murano, n’ont pas le droit de divulguer leurs secrets, ni d’aller s’établir ailleurs… sous peine de mort !
sculpture-murano
Après le transfert à de Murano, la production de perles augmente considérablement grâce à l’évolution des techniques. Les verriers sont fortement influencés par les objets de verre complexes de l’antiquité égyptienne et romaine. Les artisans de Murano réinventent le procédé d’étirage de cannes de verre creuses qui, remplaçant l’enroulage plus lent, autorise désormais la production en série de perles de dimensions diverses.
Le verre de Murano devint un art d'un grand raffinement qui connut son apogée du XVIe siècle au XVIIIe siècle. Les perles de verre sont classées d’après leur technique de fabrication : enroulage, étirage, moulage, soufflage. Dans l’enroulage, nécessitant beaucoup de travail, l’artisan enroule le verre en fusion autour d’une tige comme du fil sur une bobine. Ces perles sont fabriquées individuellement et sont donc très coûteuses. Par contre pour les perles en verre étiré, les verriers utilisent des baguettes étirées à trou central, à partir duquel de nombreuses perles identiques peuvent être réalisées. Elles sont donc relativement peu chères. Ce sont principalement ces 2 techniques qui sont utilisées à Murano. Depuis des siècles les méthodes de fabrication restent inchangées.
Aujourd’hui dans la plupart des magasins de Venise, vous ne trouverez plus que de la perle “industrielle” faite au kilo, provenant des pays asiatiques. Heureusement, quelques artisans-artistes de qualité maintiennent le savoir-faire séculaire des maîtres verriers vénitiens. Sandrine a eu l'occasion de rencontrer l'un d'entre eux lors d'un voyage Murano : Davide Penso, artiste célèbre dans le monde pour ses créations en verre. Cet art de la perle de verre s'est d'ailleurs repandu au delà de Murano. Il n’est plus l’exclusivité de Venise et est aujourd’hui très présent aux USA ainsi qu'en France.
Mais rassurez vous, les techniques sont les mêmes, et les baguettes de verre viennent toujours de Murano.
X